Durant cet été, deux lois sur le remboursement de la contraception ont été adoptées.

La première, du 31 juillet 2020, modifiant l’arrêté royal du 16 septembre 2013, accorde le remboursement des moyens contraceptifs aux femmes ayant le statut BIM (Bénéficiaire à Intervention Majorée), sans limite d’âge. Cette loi s’appliquait déjà à toutes les femmes de moins de 25 ans, et permet ici de rendre abordables divers moyens de contraception. Pour que votre contraceptif vous soit remboursé ou directement gratuit en pharmacie, il doit faire partie de la liste des contraceptifs remboursables de l’INAMI.

La seconde, du 9 août 2020, modifiant le même arrêté royal du 16 septembre 2013, permet l’application du tiers-payant lors de la délivrance par la·le pharmacien·ne de la contraception d’urgence, même en l’absence d’une prescription médicale. Le tiers-payant vous permet de ne payer que votre part auprès de la·du prestataire de soin, votre mutualité se chargeant du reste. Cette seconde loi s’applique à toutes les femmes,  avec ou sans prescription médicale. Cela permet donc également un accès facilité à la contraception d’urgence, plus connue sous le nom de « pilule du lendemain ».

La pilule du lendemain est aussi disponible gratuitement (sans devoir avancer le montant) pour toutes les femmes dans nos centres de planning familial des FPS.

Ces deux lois, entrées en vigueur depuis le 10 septembre 2020, permettent de belles avancées quant à l’accès pour toutes les femmes à une contraception leur convenant.

Y aller

Pour davantage d’informations sur la contraception, consultez notre dossier thématique « Contraception ».

Y aller