Et si on parlait de consentement? La sexualité, ça passe d’abord par le respect (2018)2019-02-15T12:19:18+02:00

Campagne 2018 : Consentement – La sexualité, ça passe d’abord par le respect

Introduction

« En matière de sexualité, il est essentiel de respecter les limites et le timing de son/sa partenaire ». C’est le message central de notre nouvelle campagne d’information et de sensibilisation consacrée à l’importance du consentement au sein des relations sexuelles.

L’objectif principal de ce projet est de sensibiliser chaque citoyen-ne à l’importance du respect et de la communication positive entre les partenaires dans le domaine de la sexualité.

Cette campagne se base sur les résultats d’un sondage en ligne adressé au grand public sur la notion de consentement en matière de sexualité et sur l’expertise des Centres de Planning familial des FPS.

Pour en savoir plus

Eloïse MALCOURANT
Eloïse MALCOURANTChargée de communication et responsable éducation permanente
Me contacter

La campagne

Utilisez les boutons +/- pour développer/réduire une section. Cette disposition a été choisie pour vous faciliter la lecture du dossier.

La campagne « Chacun.e ses limites. Chacun.e son timing. La sexualité, ça passe d’abord par le respect » développe la notion de timing et des limites dans le domaine de la sexualité. Mais qu’entend-on par limites et timing?

Les limites qu’une personne se fixe sont des barrières qui déterminent ce avec quoi elle se sent à l’aise et en sécurité ou non. Ces limites sont variables d’une personne à une autre. Par exemple, une personne va dans un cas fixer ses propres limites au baiser, une autre les posera à une position sexuelle spécifique dans une situation et dans une seconde situation fixera ses limites à la simple amitié[1].

Le timing renvoie à la notion de temps. Chaque personne possède son propre timing. Dans un contexte sexuel, le bon timing se traduit par une synchronisation entre nos envies, nos limites, notre état émotionnel, la qualité de la relation, etc. permettant à la personne de se sentir prête.

Dans le cadre de cette campagne, trois capsules vidéos ont été produites. La première porte sur l’importance de la communication explicite lors d’une première rencontre. La seconde concerne la déconstruction de la notion de devoir conjugal. La troisième explique ce qu’on entend par effet de sidération.

[1] Cette définition est inspirée du projet « Passeword: Consent » de l’association américaine Project Consent

En Belgique francophone, peu de campagnes sur le consentement sexuel ont été réalisées ces dernières années. Et, les outils pédagogiques sur cette thématique destinés tant au grand public qu’aux professionnel-le-s manquent à l’appel.

Diffuser des informations complètes et fiables au grand public afin de mieux comprendre le consentement dans le domaine de la sexualité est d’autant plus important que des mouvements tels que #me too ou #balancetonporc ont vu le jour ces derniers mois et ont été relayés par les médias.

Vu ce manque d’informations à combler, notre association a estimé qu’il était nécessaire de développer une réflexion sur les relations interpersonnelles égalitaires et la notion de consentement dans le domaine de la sexualité à l’aide d’une campagne de sensibilisation.

La FCPF-FPS a diffusé un questionnaire en ligne[1] entre le 23 avril et le 7 juin 2018 relatif au consentement sexuel. 1.036 personnes y ont répondu. Voici quelques chiffres qui ressortent du questionnaire. Ces résultats ont été à la base du développement des outils de campagne :

  • 91% des répondant-e-s ont déjà entendu parler de la notion de consentement sexuel.
  • 35% des répondant-e-s, soit 367 personnes, ne pensent pas à demander le consentement de leur partenaire avant un rapport sexuel.
  • 60% des répondant-e.s, soit 3 personnes sur 5, estiment qu’il est possible de signaler son désir sexuel par un simple regard.
  • Parmi les 20 ans et moins, 20% pensent que si le partenaire a envie d’avoir une relation sexuelle en matinée, il/elle en aura certainement envie le soir même.
  • 11% des répondant-e.s, soit 1 personne sur 10, estiment qu’une personne qui accepte d’avoir un rapport sexuel, après insistances de la part de son/sa partenaire, est consentante.
  • 18% des répondant-e.s pensent que si une personne ne réagit pas, ni physiquement, ni verbalement lors d’un rapport sexuel, elle est consentante.

[1] Précisons que ce sondage n’a pas pour vocation d’être une étude scientifique représentative mais plutôt de « prendre le pouls » de la population sur la notion de consentement.

Les vidéos

Nos revendications

Nos revendications s’inscrivent dans plusieurs domaines : la formation et l’information des professionnel-le-s, du grand public et des médias.

  • Une meilleure formation, information et coordination des acteurs de proximité : centres d’accueil, police, justice, communes, agents de quartier, médecins, gynécologues, assistants sociaux, CPAS, services de traduction

  • L’instauration de cours d’éducation à la vie relationnelle, affective et sexuelle autour de la notion de consentement dès le plus jeune âge. Cela passe par une définition claire d’un programme EVRAS généralisé.

  • Une sensibilisation du grand public à la thématique du consentement sexuel (à l’aide de campagnes de sensibilisation sur le sujet)

Ressources pour les professionnels et les professionnelles

Florence Vierendeel, Le consentement : une notion obsolète ou militante? – Perspectives historiques et féministes d’un terme à la mode, analyse FPS, 2018.

Charlotte Beaufils, « La perception du viol dans notre société », humansforwomen.org, mis en ligne le 2 mars 2016.

Florent Coste, Paul Costey, Lucie Tangy, « Consentir : domination, consentement et déni », Tracés. Revue de Sciences humaines, 14|2008, mis en ligne le 26 janvier 2009.

Stéphanie Feliculis, « Quel consentement sexuel chez les jeunes femmes d’aujourd’hui ? », Gestalt, n°51, 2017.

Alexandre Jaunait, Frédérique Matonti, « L’enjeu du consentement », Raisons politiques, n°46, 2012.

Francisco Juan José Viola, « Considérations éthiques sur le consentement comme noyau de la sexualité », vol. 24, Sexologies, 2015, mis en ligne le 22 juillet 2015.

Achille Weinberg, « La libération sexuelle et ses lendemains », Sciences Humaines, n°130, 2002.

Rapport de recherche L’observatoire du Sida et des sexualités, Cycle de séminaires : Regards croisés sur la sexualité, Recueil de textes et analyse, 2005.

Approfondir la lecture

Y aller

Pour davantage d’informations sur les différentes violences sexuelles, consultez notre dossier thématique « Violences sexuelles ».

Y aller
Y aller

Pour davantage d’informations sur les violences conjugales, consultez notre dossier thématique « Violences conjugales ».

Y aller
Y aller

Pour davantage d’informations sur l’éducation à la vie relationnelle, affective et sexuelle, consultez notre dossier thématique « EVRAS ».

Y aller

Pour en savoir plus

Eloïse MALCOURANT
Eloïse MALCOURANTChargée de communication et responsable éducation permanente
Me contacter

Les articles

Ce site web utilise des cookies et des outils d’analyse. Si vous êtes d’accord avec les mentions légales, cliquez sur le bouton ci-après. J'accepte