La contraception, c’est l’affaire des deux partenaires (2017)2019-01-24T10:24:24+02:00

La contraception, c’est l’affaire des deux partenaires (2017)

Image illustrant le dossier de presse de la campagne 2017 fifty fifty la contraception c'est l'affaire des deux partenaires

Introduction

« La contraception, c’est l’affaire des femmes ». Vous êtes certainement nombreuses et nombreux à avoir déjà entendu de tels propos. Parce qu’il existe plus de contraceptifs féminins que masculins, beaucoup considèrent que la contraception concerne uniquement les femmes. Mais, au contraire, elle s’adresse aux deux partenaires.

C’est justement ce partage des responsabilités en matière de contraception que met en évidence la campagne lancée en 2017 par la FCPF-FPS.

Pour en savoir plus

Eloïse MALCOURANT
Eloïse MALCOURANTChargée de communication et responsable éducation permanente
Me contacter

La campagne

Utilisez les boutons +/- pour développer/réduire une section. Cette disposition a été choisie pour vous faciliter la lecture du dossier.

Si la contraception fait défaut, qu’un « couac » se produit et qu’une grossesse non-désirée survient, la femme n’est en aucun cas la seule concernée. Les femmes sont aussi exposées aux effets secondaires des moyens de contraception (liés, entre autres, aux hormones éventuelles comprises dans certains contraceptifs). De plus, nombreuses sont également celles qui sont seules en charge du coût de leur moyen contraceptif.

Préservatifs masculins et participation financière, des pistes pour s’impliquer dans la contraception

L’implication des hommes dans la contraception peut, entre autres, se traduire par la prise en charge d’une partie de la contraception, par exemple en utilisant des préservatifs masculins, ou encore par la participation financière à l’achat des contraceptifs de leur partenaire féminine. En matière de contraception masculine, deux moyens sont accessibles en Belgique : le préservatif masculin qui protège aussi des infections sexuellement transmissibles et la vasectomie dite « contraception définitive ».

Pouvoir parler de contraception avec son/sa partenaire est essentiel.

Tout comme savoir ce qu’il/elle utilise comme moyen contraceptif, s’il/si elle en est satisfait-e et s’il/si elle envisage d’en changer. Si l’homme est impliqué dans la contraception, il sera davantage en mesure de comprendre et de soutenir sa partenaire dans ses choix contraceptifs.

Lors de tout rapport sexuel avec un-e nouv-eau/elle partenaire, la formule idéale pour une sexualité en toute confiance est de combiner un préservatif (masculin ou féminin) à un autre moyen de contraception.

S’il est le seul moyen de se protéger contre les IST, le préservatif, en tant que moyen de contraception, s’avère néanmoins moins fiable que d’autres contraceptifs. C’est pourquoi, il est conseillé de combiner, lors de tout rapport sexuel avec un-e nouv-eau/elle partenaire, le préservatif à un autre moyen de contraception pour se protéger tant des IST que des risques de grossesses non-désirées.

Avec un-e nouv-eau/elle partenaire, il est important de toujours utiliser un préservatif durant au moins six semaines. Ensuite, il est recommandé aux deux partenaires de faire un dépistage  avant d’envisager d’arrêter d’utiliser un préservatif.

Nos revendications

Afin de garantir l’accès effectif de la planification familiale et de la contraception à toutes et à tous, notre Fédération de Centres de Planning familial revendique les actions suivantes.

  • Rendre légale la distribution de pilule de lendemain en Centres de Planning familial dans la loi fédérale relative aux médicaments de 1964

  • Assurer la gratuité des moyens de contraception, notamment pour les jeunes

  • Promouvoir des génériques en matière de contraception afin d’en diminuer le coût

  • Développer des moyens de contraception pour les hommes tels que la pilule contraceptive masculine

  • Généraliser la sensibilisation des filles et des garçons à la thématique de la contraception et de la protection dès le plus jeune âge à travers les animations à la vie relationnelle, affective et sexuelle (VAS)

Ressources pour les professionnels et les professionnelles

Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe, 10 juin 2004, p.295.

Sandra Roubin, La pilule contraceptive masculine pour bientôt ?, analyse FPS, 2017.

Sarah Hibo, Politique, la sexualité ?, analyse FPS, 2015.

Solidaris Institut, en collaboration avec la Fédération des Centres de Planning familial des FPS, Grande enquête Contraception, avril 2017.

Une campagne de l’Institut National de Prévention et d’Education pour la Santé, « Faut-il que les hommes tombent enceintes pour que la contraception nous concerne tous ? », 2009.

Approfondir la lecture

Y aller

Pour davantage d’informations sur la contraception, consultez notre dossier thématique « Contraception ».

Y aller
Y aller

Pour davantage d’informations sur le sida et les autres infections sexuellement transmissibles, consultez notre dossier thématique « Sida & IST ».

Y aller

Pour en savoir plus

Eloïse MALCOURANT
Eloïse MALCOURANTChargée de communication et responsable éducation permanente
Me contacter

Les articles

Ce site web utilise des cookies et des outils d’analyse. Si vous êtes d’accord avec les mentions légales, cliquez sur le bouton ci-après. J'accepte