Les Centres de Planning familial sont des acteurs-clefs de lutte contre les violences conjugales. En effet, « la prévention des violences exercées au sein des couples et, le cas échéant, leur prise en charge » est une de leur missions principales

Certains Centres de Planning familial ont développé une véritable expertise en matière d’accueil et de prise en charge des victimes de violences conjugales.

Focus sur Liège

AlternativeS est un service d’accueil, d’écoute et d’accompagnement des victimes de violences conjugales situé dans la Clinique André Renard à Herstal (Liège), né de la collaboration entre le Centre de Planning familial des FPS (CPF-FPS) de Liège et la clinique André Renard.

Il s’agit d’un service gratuit, sur rendez-vous, qui permet un accueil et une écoute confidentielle mais propose également un accompagnement psychologique sur le long terme, ainsi qu’un accompagnement psychologique dans les premières démarches (porter plainte, par exemple) si la victime le souhaite.

La psychologue d’AlternativeS étant directement sur place au sein de la clinique André Renard, la prise en charge est immédiate. Les équipes hospitalières de la clinique ont d’ailleurs été sensibilisées à mieux détecter les violences conjugales et prendre en charge les potentielles victimes. En effet, les signes de violences peuvent être détectés par des médecins de la clinique, dans d’autres consultations.

Enfin, la psychologue d’AlternativeS peut mettre en contact les victimes avec d’autres ASBL pour la prise en charge sociale ou juridique. En effet, les victimes seront redirigées vers d’autres endroits pour pouvoir gérer d’autres aspects (divorce, dépôt de plainte, garde des enfants, etc.) de la prise en charge des violences conjugales, il s’agit donc d’un travail en réseau, souvent local (Herstal – Liège). Le fait de diviser les rendez-vous et les endroits de prise en charge permet de ne pas aller trop vite, et d’éviter de brusquer les victimes qui pourraient fuir et arrêter le processus. Cependant, dans de nombreuses situations, ce sont d’autres associations de Liège ou Herstal qui vont rediriger les victimes vers le service AlternativeS en cas de situations de violences conjugales soupçonnées.

Les violences conjugales, un processus insidieux

Rappelons que les violences conjugales, contrairement à ce que l’on imagine souvent, ne se limitent pas à des violences physiques comme des coups ou des gifles ou à des violences sexuelles. En effet, les violences conjugales commencent dès la manifestation de violences psychologiques (humiliation, dévalorisation, etc.), verbales (insultes, menaces, etc.) ou économiques (privation de ressources financières, etc.).

Les violences conjugales font partie d’un processus insidieux, elles n’apparaissent pas forcément du jour au lendemain de façon brutale mais plutôt progressivement, sur le long terme. C’est ce qui rend difficile pour la victime de reconnaître qu’elle est en train de vivre une situation de violence de la part de son·sa partenaire. De nombreux outils permettent de déceler les cas de violences conjugales. Entre autres, le cycle de la violence conjugale, le violentomètre ou encore le projet DPO (Détection, Prise en charge et Orientation).

Pour le service AlternativeS, le fait d’être implanté dans un hôpital permet aux bénéficiaires de ne pas se rendre sur place uniquement pour des violences conjugales en premier lieu, les victimes ne se rendant pas toujours compte qu’elles en sont effectivement victimes.

Cependant, même lorsque les victimes sont conscientes de la situation violente dans laquelle elles vivent, seulement 18% vont porter plainte[1] ou iraient chercher de l’aide auprès de professionnel·le·s[2]. C’est pourquoi il est nécessaire de visibiliser les différents services d’aide existants.

D’autres services d’accueil et de prise en charge des violences conjugales dans les CPF-FPS

En plus du service de Liège, nos Centres de Planning familial ont mis en place, ailleurs, d’autres services spécifiques pour accueillir au mieux les victimes de violences conjugales. C’est notamment le cas de Ça vaut pas l’coup qui a plusieurs antennes dans la province de Namur, mais l’on peut aussi retrouver ce type d’accompagnement dans nos Centres de Planning de Mons, Tournai et bientôt dans la province du Luxembourg.

[1] Arrêtons les violences, « Les chiffres de référence sur les violences faites aux femmes », https://arretonslesviolences.gouv.fr/je-suis-professionnel/chiffres-de-reference-violences-faites-aux-femmes (Consulté le 1er octobre 2021).

[2] LE BRIS Margaux, « 80 % des victimes de violences conjugales se taisent », Marie Claire, https://www.marieclaire.fr/,violences-conjugales-briser-la-loi-du-silence-viol-physique-sexuelle,20258,410530.asp (Consulté le 1er octobre 2021).

AlternativeS – Clinique André Renard

Rue Croix Jurlet 303

4040 Herstal

SUR RENDEZ-VOUS VIA le 04/248 75 98 (de 9h à 17h) ou 04/248 72 20 (service rendez-vous)

violences.conjugales@andrerenard.be

En dehors de ces heures : Ecoute Violences Conjugales est accessible 24h/24 et 7J/7 : 0800/30 030

En cas d’urgence : contactez le 112

Y aller

Pour davantage d’informations sur les violences conjugales, consultez notre dossier thématique « Violences conjugales ».

Y aller