Communiqué de presse – Un pas en avant en matière d’accès à la contraception !

Communiqué de presse – Un pas en avant en matière d’accès à la contraception !

Hier, mardi 12 mars 2019, la Commission Santé de la Chambre des représentants a approuvé une proposition de loi [1] portant à 25 ans l’âge de remboursement des contraceptifs. Ce texte propose aussi que la pilule du lendemain soit gratuite, quel que soit l’âge de la femme [2]. Afin qu’il soit effectif, ce texte doit encore être approuvé par le gouvernement fédéral via un arrêté royal.

En tant qu’association militant pour le droit à disposer de son corps, la Fédération des Centres de Planning familial des Femmes Prévoyantes Socialistes (FCPF-FPS) se réjouit de l’adoption d’une telle proposition de loi élargissant l’accès à la contraception [3] et à la contraception d’urgence. En effet, il s’agit d’un pas en avant tenant compte de la précarité croissante de la population touchant particulièrement les femmes. Comme précisé dans la proposition de loi, le baromètre de l’intégration sociale montre un accroissement du nombre de jeunes de moins de 25 ans bénéficiant du revenu d’intégration sociale (RIS), passant de 22.675 en janvier 2016 à 43.691 en juillet 2018. Les femmes bénéficiaires du RIS sont aussi, de manière générale, plus nombreuses. Notre Fédération revendique la gratuité de la contraception pour toutes les femmes. Cette gratuité pour toutes est essentielle afin de tendre vers un véritable droit à disposer de son corps et vers une vie sexuelle responsable et épanouie.

Cette avancée est l’occasion pour notre association de rappeler l’importance du partage des responsabilités en matière de contraception [4]. Notre Fédération estime également primordial de développer des contraceptifs masculins et de généraliser la sensibilisation de la population, dès le plus jeune âge, à la thématique de la contraception à travers les animations à la vie relationnelle, affective et sexuelle.

Pour finir, la FCPF-FPS souligne que l’adoption d’une telle mesure va de pair avec une amélioration de l’accès à l’interruption volontaire de grossesse (IVG). C’est pourquoi, notre organisation revendique une réelle dépénalisation de l’IVG ainsi qu’une amélioration de ses conditions d’accès [5].

[1] Proposition de loi déposée par Mme Karine Lalieux et consorts, 20 décembre 2018, http://www.lachambre.be/FLWB/PDF/54/3439/54K3439001.pdf.

[2] « La gratuité de la contraception sera étendue jusqu’à 25 ans », rtbf.be, 13 mars 2019, https://bit.ly/2XOBZzb.

[3] L’arrêté royal prévoit une intervention pour : les pilules orales combinant œstrogène et progestatif, les piqûres contraceptives et minipilules, les patchs contraceptifs, les dispositifs intra-utérins hormonaux et au cuivre, les anneaux intravaginaux, les implants ou bâtonnets hormonaux, les pilules du lendemain, à l’exception du préservatif. Pour les moyens contraceptifs autres que la pilule et dont le prix est plus élevé, un remboursement équivalent est prévu mais il restera une part plus importante à charge de la jeune femme. Plus d’infos : http://www.lachambre.be/FLWB/PDF/54/3439/54K3439001.pdf.

[4] « Fifty-Fifty : La contraception, c’est l’affaire des deux partenaires », campagne 2017 de la FCPF-FPS, https://bit.ly/2u96MJ7.

[5] Pour découvrir les revendications de la FCPF-FPS afin d’améliorer l’accès à l’IVG, consultez notre site internet : https://bit.ly/2UAfUlE.

2019-03-19T15:06:46+02:00
Ce site web utilise des cookies et des outils d’analyse. Si vous êtes d’accord avec les mentions légales, cliquez sur le bouton ci-après. J'accepte