Attribuer un statut au foetus, une menace au droit à l’IVG

Attribuer un statut au foetus, une menace au droit à l’IVG

La Fédération des centres de planning familial des Femmes Prévoyantes Socialistes (FCPF-FPS) réagit aux actuelles propositions de loi sur la déclaration des enfants mort-nés et l’attribution d’actes de naissance à ceux-ci. De nombreux opposants à l’avortement cherchent par des moyens détournés à attaquer les fondements sociaux et juridiques du droit à l’avortement. Il est nécessaire de rester vigilants devant toutes les propositions qui pourraient avoir l’effet tant symbolique que juridique d’accorder le statut de personne à un fœtus.

En ce sens, nous nous opposons à toute obligation de produire un acte de naissance, ainsi qu’à la production de tout acte facultatif de naissance ou de décès pour les embryons ou les fœtus non viables. Les mesures proposées visent à assimiler toute perte de grossesse à un décès, ce qui reviendrait donc à considérer, dès sa conception, l’embryon comme une personne. Même en rendant facultative la déclaration de naissance d’un embryon ou d’un fœtus, le gouvernement contribue à personnifier ceux-ci, à leur donner des droits moraux. En procédant de la sorte, le gouvernement encourage la création d’un environnement social moralisateur et culpabilisant pour des femmes qui sont actrices de leur vie et qui devraient avoir le droit de faire le choix libre et éclairé de décider pour elles-mêmes de poursuivre leur grossesse ou pas.

Nous dénonçons l’hypocrisie derrière l’association qui est faite entre l’évènement d’une fausse couche et la douleur que certaines femmes éprouvent à sa suite. Statistiquement, 15% de toutes les grossesses confirmées se terminent par une fausse couche (1). Il s’agit d’un phénomène fréquent qui n’est pas vécu comme un épisode douloureux par toutes les femmes.

Ce qui manque à ce jour, ce sont des moyens réels pour les services médicaux et psycho-sociaux, afin que ceux-ci puissent accompagner moralement, psychologiquement les personnes éprouvées par la situation, en particulier les femmes. Pour le gouvernement Michel, placé sous le signe de l’austérité, accorder un statut spécial au fœtus est la solution bon marché qui lui permet d’éviter de considérer ce qui pourrait vraiment aider ces personnes à faire leur deuil : investir dans le soutien psychologique. Nous ne pouvons donc que nous montrer choqués par l’instrumentalisation de la douleur de certaines femmes au profit d’une telle proposition aux relents populistes.

La Fédération des centres de planning familial des Femmes Prévoyantes Socialistes vient de publier ce jour une analyse : « Attribuer un statut au fœtus, une menace pour le droit à l’IVG » qui reprend dans le détail les dangers de telles mesures.

(1) CENTRUM VOOR REPRODUCTIEVE GENEESKUNDE – UZ BRUSSEL-VUB, « Fausses couches ».

2019-01-28T11:14:10+02:00
Ce site web utilise des cookies et des outils d’analyse. Si vous êtes d’accord avec les mentions légales, cliquez sur le bouton ci-après. J'accepte