home | contact | jobs

Faire de ce moment le vôtre

L’occasion de se réconcilier

Pour de nombreuses femmes, la ménopause est synonyme de réconciliation.
Elle ouvre de nouvelles perspectives; des heures plus tranquilles et plus sages mais aussi plus libres, qui ne demandent qu’à porter leurs fruits. À cette saison de la vie, vous vous connaissez en général mieux, les enfants (quand vous en avez eu) sont grands ou partis et du temps se libère. C’est aussi une période de bilan, l’occasion d’approfondir son rapport à soi-même et aux autres, de donner un nouveau sens à sa vie, de trouver une nouvelle force intérieure.

Cela dit, il ne faut pas embellir la situation non plus. Pour certaines femmes, la vie durant ménopause n’a rien de rose. Chaque femme a son histoire et sa façon de vivre la ménopause est unique. Il va de soi que le vécu sera différent si, par exemple, elle vient de perdre son travail ou si elle est amoureuse!

Être la femme que je suis

Qui suis-je ? Cette question risque d’être assez présente en ce moment. Elle induit une prise de conscience des rôles que vous avez endossé depuis longtemps et qui vous ont quelque peu éloignée de vous-même.

 De rôle en rôle – mère de…, conjointe de…, fille de…, amie de…, collègue de… – vous vous êtes probablement efforcée de satisfaire les besoins des autres. Mais qu’avez-vous fait des vôtres? Derrière ces rôles, qui êtes-vous? Comment donnez-vous la place à la femme que vous êtes? Et comment pouvez-vous matérialiser vos envies profondes? 

Petite mise au point

Faites le point sur vos acquis. Sur ce qu’il y a lieu de renforcer, sur les expériences que vous ne voulez plus faire et celles que vous aimeriez tenter. Essayez de prendre conscience des demandes qui ne vous conviennent plus. Englobez toutes les sphères de votre existence: travail, vie familiale, relations de couple, relations avec les enfants, les ami(e)s, collègues, vie per sonnelle, créative, spirituelle… Quelles sont les situations qui exigent de vous une trop grande dépense d’énergie? Pourriez-vous les éviter? Comment mettre vos limites sans vous couper des autres?

Ce questionnement est quasi inévitable lorsque vous décidez de vous occuper de vous. Il risque de vous perturber, des émotions vont sans doute faire surface. Rassurez-vous, les turbulences intérieures ne vont pas s’é terniser.

Parler

Avez-vous remarqué la réaction des gens lorsque vous parlez de la ménopause? La plupart du temps, votre interlocuteur ne dit rien, ou bien il change de sujet ! Et ce ne sont pas que les hommes qui réagissent bizarrement; les femmes aussi ont du mal à en parler.

Un sujet tabou

La plupart du temps, les femmes plus âgées déclarent que c’est du passé (sous-entendu qu’elles ne veulent plus y revenir) tandis que les plus jeunes ne se sentent absolument pas concernées; pour elles, c’est encore bien loin…

Et les femmes de votre âge? Nombre d’entre elles sont gênées d’aborder la question. C’est leur intimité qui est concernée et elles préfèrent ne pas l’étaler au grand jour. Ce qui n’empêche pourtant pas la ménopause d’être fortement médiatisée. Emissions télévisées, articles de presse, dossiers spéciaux… traitent régulièrement du sujet. Des médecins, des spécialistes… y prodiguent leurs avis et multiplient les conseils (mais dans quel but et avec quel intérêt?). Il y a donc un paradoxe: d’un côté, la ménopause est un sujet tabou; d’un autre, elle fait partie du domaine public.

C’est le bon moment pour partager

Le problème dans notre société du “chacun pour soi”, c’est la perte de la transmission de femme à femme, entre les générations: de mère à fille, de grandmère à petite-fille, mais aussi de femmes entre elles au sein des communautés de vie. Si la question de la maternité et du soin à l’enfant reste encore abordée; la question des règles et donc de la sexualité reste tabou. La perte des repères, l’éclatement des familles, la médicalisation de la vie des femmes font que celles-ci ont tendance à s’en remettre aux médecins et à leurs compétences professionnelles. Parce qu’elles ne se connaissent plus? Parce qu’elles ne se font plus mutuellement confiance? Parce que leur mode de vie ne leur permet pas de prendre du temps pour cela? Ce sont toutes ces raisons à la fois (et bien d’autres encore) qui isolent les femmes. Elles auraient cependant tout intérêt à s'épauler.

 Encourager la parole et l’échange

Et si vous y mettiez votre grain de sel?

Vous pourriez par exemple initier des rencontres entre des femmes de votre âge et des femmes plus jeunes ou alors vous pourriez créer ou rejoindre un groupe de paroles. Les rencontres s’articulent autour d’un partage d’expériences avec des personnes qui vivent (ou ont vécu) des expériences semblables. Cela ne peut que vous faire du bien et vous aider à trouver des solutions.

Ces lieux sont sans aucun doute propices à l’échange de conseils, de bonnes adresses, d’astuces, etc. Vous allez y apprendre à vous exprimer, à parler de vous, de votre histoire, de vos peurs et de vos joies, mais aussi à écouter les autres sans les juger. Ces moments d’échange et de partage vous permettront de mieux vous connaître, d’avoir plus confiance en vos capacités d’établir vos limites et d’avoir des attentes réalistes envers vous-même et la vie.

C’est le moment de célébrer ce passage!

Ne vous privez pas de marquer ce moment. C’est une façon d’en prendre conscience et de l’inscrire en vous. Les rites de passage construisent la personnalité, l’affirment, donnent de l’importance aux différentes étapes de l’existence tout en les inscrivant dans une dimension plus universelle. Dans notre mode de vie occidentale, ils ont quasi disparu. Alors, il faut les réinventer. Le jeu en vaut la chandelle et peut même être très amusant.