home | contact | jobs

Willy Peers, 30 ans plus tard, que reste-t-il de son combat ?

​Willy Peers, militant engagé et précurseur des droits des femmes

Il y a 30 ans disparaissait le docteur Willy Peers. Cette date est l’occasion pour nous de nous rappeler qui était ce médecin humaniste et de lui rendre hommage.
 
Homme d’écoute, il voit ses patientes dans leur entièreté. Il milite toute sa vie pour l’égalité entre l’homme et la femme mais aussi pour l’égalité entre toutes les femmes. Dès la fin des années ’50, l’accouchement sans douleur et le libre accès à la contraception sont pour lui, des combats essentiels. Cohérent, il suit ses patientes dans leurs choix et il pratique des interruptions volontaires de grossesse lorsqu’elles le lui demandent.
 
Arrêté le 17 janvier 1973 pour pratique illégale de l’avortement, Willy Peers aura largement contribué à la dépénalisation de celui-ci en avril 1990. Son décès survenu le 30 novembre 1984, au beau milieu d’une journée de travail, ne lui aura pas permis de connaitre ce moment historique pour notre pays.

Et aujourd’hui, que reste-t-il de son combat ?

Les femmes ont le droit de choisir…oui, mais les consciences s’endorment… Il est de plus en plus difficile de trouver de nouveaux médecins formés aux techniques d’avortement et les lobbys religieux sont en progression constante. Nous devons rester vigilant-es , soutenir les militant-es, informer les jeunes et mobiliser les futur-es médecins.
 
Rappelons que les avortements clandestins, largement pratiqués dans les pays interdisant ceux-ci, présentent des risques réels pour la santé et la vie des femmes. Ils maintiennent aussi l’inégalité entre celles qui pourront se payer une clinique privée ou voyager et celles qui ne le pourront pas et mettront leur vie en danger.
 
Enfin, réalisons que l’avortement existera toujours et qu’il peut toucher toutes les femmes. Il y aura toujours des échecs de contraceptions, des incertitudes, des changement de vie, des déceptions, des rapports forcés et toutes sortes de facteurs que nous ne pourrons jamais contrôler.