home | contact | jobs

L’avortement dans le monde

Si l’avortement est dépénalisé chez nous, il existe une grande disparité de législation au sein des pays de l’Union Européenne.

 

  • Irlande: I.V.G. illégale sauf en cas de danger de mort pour la mère.
  • Malte, Chypre et Pologne: I.V.G. illégale sauf en cas de viol ou d’anomalie chez le fœtus.
  • Italie, Portugal et Slovénie: I.V.G. autorisée jusqu’à 10 semaines.
  • Allemagne, Belgique, Bulgarie, Danemark, Espagne, Estonie, France, Grèce, Hongrie, Lettonie, Lituanie, Luxembourg, République Tchèque, Roumanie, Slovaquie: I.V.G. autorisée jusqu’à 12 semaines.
  • Autriche et Finlande: I.V.G. autorisée jusqu’à 14 semaines.
  • Suède: I.V.G. autorisée jusqu’à 18 semaines.
  • Pays-Bas: I.V.G. autorisée jusqu’à 22 semaines.
  • Angleterre: I.V.G. autorisée jusqu’à 24 semaines.
Dans la majorité des pays autorisant l’avortement, le délai légal peut être dépassé pour raison médicale. Tout comme chez nous où l’interruption de grossesse peut être pratiquée, en milieu hospitalier, au-delà de 12 semaines si il existe un danger pour la santé de la mère ou de l’enfant à naître. On parlera alors d'interruption médicale de grossesse et plus d'interruption volontaire de grossesse.
 
Trois évènements ont marqué l’année 2014 :
  • Le projet de loi très restrictif proposé en Espagne a été retiré le 23/09/2014 ;
  • La notion de détresse a été supprimée de la loi française le 4/08/2014. L’I.V.G. y est donc désormais autorisé pour « la femme qui ne veut pas poursuivre sa grossesse » ;
  • L’I.V.G. est dépénalisé, c’est-à-dire retiré du code pénal, au Luxembourg depuis le 2/12/2014. La notion de situation de détresse et la consultation psycho-sociale sont supprimées.
Dans le reste du monde, les législations sont très variables. Elles passent de l’interdiction totale à l’avortement sur simple demande. Attention cependant, dans de nombreux Etats, malgré la possibilité légale d’interrompre une grossesse, il est de plus en plus difficile de trouver un centre, un médecin pour le faire. La pression des « anti-choix » est grandissante (manifestations devant les cliniques, culpabilisation des femmes, désinformations,…).
Vous trouverez sur ce lien les lois pays par pays.

Retenons simplement ici que plus les lois sont restrictives, plus la santé et la vie des femmes sont en danger. En effet, interdire l’avortement n’en diminue jamais le nombre mais le rend clandestin et risqué.